JNJ78278343PCR1001
JNJ78278343PCR1001 :
Etude de phase I du JNJ-78278343, un agent de redirection des lymphocytes T ciblant la Kallicréine 2 humaine (KLK2), chez des patients atteints d’un cancer de la prostate de stade avancé.


Investigateur Principal : DEVILLE Jean Laurent;
Type de promotion : Industriel
Promoteur : Janssen Research & Development
Multicentrique : InternationalEssai de phase : Phase I
Nombre d'inclusions prévues en France : ClinicalTrials : NCT04898634
Type de traitement : Thérapies cibléesEssai activé : Oui

Résumé scientifique :
JNJ-78278343 est un anticorps bispécifique humanisé à base d’immunoglobuline (Ig) G1 conçu pour diriger les lymphocytes T vers les cellules tumorales cibles positives pour la kallicréine humaine 2 (hK2, codée par le gène KLK2). Un bras de JNJ-78278343 se lie au CD3 (cluster de différenciation 3) présent sur les lymphocytes T et l’autre bras se lie au KLK2 présent sur les cellules tumorales cibles, ce qui entraîne l’activation des lymphocytes T et la lyse des cellules tumorales porteuses de KLK2 induite par les lymphocytes T. JNJ-78278343 est en cours de développement pour le traitement du cancer de la prostate métastatique résistant à la castration (mCRPC).
Plusieurs éléments de preuve indiquent que KLK2 est un candidat particulièrement intéressant pour la thérapie de redirection des lymphocytes T dans le traitement du mCRPC. En particulier :
• KLK2 est très présent dans les tissus prostatiques et le cancer de la prostate par rapport aux autres tissus normaux, son expression se maintient principalement tout au long de la progression de l’adénocarcinome prostatique et reste limitée dans les tissus humains normaux et non prostatiques.
• Dans les tumeurs KLK2-positives, telles que le mCRPC, le micro-environnement tumoral peut manquer d'une présence immunitaire suffisante pour permettre une cytotoxicité immunitaire efficace. Dans ces tumeurs dites « froides », la redirection des cellules T peut constituer une approche particulièrement importante pour améliorer l’immunoréactivité dans le micro-environnement tumoral.
• Bien que KLK2 soit sécrété, plusieurs études précliniques suggèrent fortement qu’un sous-ensemble de KLK2 peut être associé à la surface cellulaire et qu’il est disponible pour le ciblage par des anticorps.


Objectif principal :
- Partie 1 (Escalade de dose) :
Déterminer la/les dose(s) recommandées pour la Phase 2 (RP2Ds) du JNJ-78278343

- Partie 2 (Expansion de dose) :
Déterminer la sécurité d’emploi de la/des RP2D(s)


Objectifs secondaires :
- Evaluer la pharmacocinétique
- Evaluer la pharmacodynamie
- Evaluer l’immunogénicité
- Evaluer l’activité antitumorale préliminaire


Critères d'inclusion :
-CRPC métastatique (mCRPC) : adénocarcinome de la prostate confirmé histologiquement tel que défini par le Prostate Cancer Working Group 3 (PCWG3). L’adénocarcinome à petites cellules ou neuroendocrines (NE) est autorisé. Cependant, le carcinome à petites cellules, la tumeur carcinoïde, le carcinome NE mixte ou le carcinome NE à grandes cellules sont interdits.
-Maladie mesurable ou évaluable
-Traitement antérieur du mCRPC par au moins un nouveau traitement ciblant le Récepteur Androgène (RA) (c.-à-d. acétate d’abiratérone, apalutamide, enzalutamide, darolutamide) dans le cadre d’un cancer hormono-sensible ou résistant à la castration.
-Orchidectomie ou castration médicale antérieure ; ou pour les patients qui n’ont pas subi d’orchidectomie, doivent être sous traitement antiandrogénique avec un analogue de l’hormone de libération des gonadotrophines (GnRH) (agoniste ou antagoniste) avant la première dose du médicament à l’étude et doivent continuer ce traitement tout au long de la phase de traitement.
-Utilisation concomitante de tout autre traitement anticancéreux (y compris radiothérapie non palliative) ou agent expérimental ; les traitements anticancéreux antérieurs (y compris la radiothérapie non palliative) doivent être interrompus au moins 3 semaines ou 5 demi-vies, selon la période la plus courte, avant la première dose du médicament à l’étude.
-Indice de performance ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) de grade 0 ou 1 (voir rubrique 10.8, Annexe 8 du Protocole).
-Paramètres hématologiques selon les normes suivantes, indépendamment d’une transfusion dans les 7 jours, ou facteurs de croissance dans les 3 semaines précédant la première dose du traitement à l’étude :
a. Hémoglobine >=9,0g/dL
b. Neutrophiles >=1,5×109/L
c. Plaquettes >=75×109/L
-Paramètres biochimiques cliniques selon les normes suivantes avant la première dose du médicament à l’étude :
a. Alanine aminotransférase (ALAT) et aspartate aminotransférase (ASAT) <=2,5× la limite supérieure de la normale (LSN) (ou <= 4 × LSN pour les patients ayant une atteinte tumorale hépatique)
b. Albumine sérique >=3,0g/dL
c. Bilirubine sérique totale <=1,5×LSN ; les patients atteints de bilirubinémie congénitale, comme le syndrome de Gilbert, peuvent être inclus si la bilirubine conjuguée est <=1,5×LSN
d. Clairance de la créatinine calculée ou mesurée >=50mL/min/1,73m²


Critères d'exclusion :
Conditions de la maladie
- Atteinte active du système nerveux central (SNC). Exception : les métastases cérébrales traitées, stables et asymptomatiques nécessitant < 10 mg de prednisone ou équivalent dans les 2 semaines précédant la première dose du médicament à l’étude sont autorisées.
- Toxicité liée à un traitement anticancéreux antérieur n’est pas revenue au grade <= 1 ou aux niveaux de référence (sauf pour l’alopécie, le vitiligo, la neuropathie périphérique de grade 2 et la fibrose radio-induite).
Traitements antérieurs ou concomitants
- Traitement antérieur ciblant KLK2.
- Administration de doses immunosuppressives de médicaments systémiques, tels que des glucocorticoïdes (doses > 10 mg/jour de prednisone ou équivalent) dans les 3 jours précédant la première dose du médicament à l’étude. Une seule cure de glucocorticoïdes est autorisée en prophylaxie du produit de contraste d’imagerie (c’est-à-dire pour les patients allergiques au produit de contraste). Si des glucocorticoïdes ont été utilisés pour traiter des événements indésirables d’origine immunologique associés à un traitement antérieur, >= 7 jours doivent s’être écoulés depuis la dernière dose de corticoïde.
-Administration effective ou prévue d’un vaccin vivant atténué dans les 4 semaines précédant la première dose du médicament à l’étude ou dans les 4 semaines suivant la dernière dose du médicament à l’étude. Les vaccins antigrippaux vivants atténués sont autorisés jusqu’à 7 jours avant le traitement à l’étude.
Antécédents médicaux/affections concomitantes
- Diagnostic de tumeurs malignes autre que la maladie à l’étude dans les 2 ans précédant la première dose du médicament à l’étude, à l’exception du carcinome épidermoïde et basocellulaire de la peau, du cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire ou de toute affection maligne considérée comme guérie ou présentant un risque de récidive minime dans l’année suivant la première dose du médicament à l’étude (de l’avis de l’investigateur et du responsable médical du promoteur)
-Greffe d'organe solide ou de moelle osseuse.


Schéma thérapeutique :
Administration toutes les 3 semaines : traitement à l’étude administré une fois toutes les 3 semaines. Il doit s’écouler au moins 17 jours entre chaque administration de la dose complète.
Sur la base de toutes les données disponibles sur le traitement revues par la SET (équipe d'évaluation de la sécurité d’emploi), d’autres schémas posologiques peuvent être étudiés, les décisions seront consignées dans le compte rendu de réunion de la SET :
• Administration hebdomadaire : traitement à l’étude administré chaque semaine. Il doit s’écouler au moins 5 jours entre chaque administration de la dose complète.
• Administration toutes les 2 semaines : traitement à l’étude administré une semaine sur deux. Il doit s’écouler au moins 12 jours entre chaque administration de la dose complète.
• Dose(s) progressive(s) : une ou plusieurs doses d’induction peuvent être mises en oeuvre, suivies de la dose de traitement ; la ou les doses d’induction peuvent ne pas suivre le même schéma que la dose complète.
Après 15 semaines de doses complètes : une diminution de la fréquence des administrations du médicament à l’étude peut être envisagée sur la base de données recueillies.


Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter
Investigateur Principal
DEVILLE Jean Laurent Jean-laurent.DEVILLE@ap-hm.fr  
Investigateurs associés
CHEVALIER Thomas Thomas.CHEVALIER@ap-hm.fr  
Attachés de recherche clinique
CHOUATI Safae safae.chouati@ap-hm.fr  
Autres personnes à contacter
TESTOT-FERRY Albane Albane.TESTOT-FERRY@ap-hm.fr 88477
Mise à jour : 31/01/2022
Imprimer

Logo des 3C Site du Centre de Coordination en Cancérologie

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Mentions légales